Lancement du Collectif TIS (Technique de l'Insecte Stérile)

Le collectif TIS : un groupe de réflexion et de coordination sur l'étude de la Technique de l’Insecte Stérile comme moyen complémentaire de contrôle des populations d'insectes nuisibles.

consortiumBioControle
Logoe Vectopole Sud

Le Collectif TIS a été créé dans le but de réunir les différentes parties prenantes concernées par l’étude de la Technique de l’Insecte Stérile (TIS) comme moyen complémentaire de contrôle de populations d’insectes nuisibles. Ce groupe de réflexion et de coordination est intégré au sein du Consortium Biocontrôle et du réseau Vectopole Sud.

La réunion de lancement du Collectif TIS s’est tenue le 02 Octobre 2018, et a rassemblé plus de 90 participants, répartis sur différents sites, provenant de domaines d’activités (Santé humaine, Santé animale, Agriculture, Environnement) et d’expertises variés (représentants de filières agricoles, expérimentateurs, opérateurs, entomologistes, écologues, sociologues, juristes, économistes, sociétés de biocontrôle et d’élevage d’insectes, représentants d’association de défense de l’environnement, représentants ministériels…).

La mise au point ou le déploiement de la TIS dans une gestion intégrée d’un insecte nuisible (ravageur de culture ou vecteur de pathogène) nécessite plusieurs étapes de développement et une réflexion déclinée sur différents volets interconnectés : technique, règlementaire, sociétal, et écosystémique (voir présentation Collectif TIS). La structuration sous forme de groupe de travail, dont les activités ont commencé pour certains, permettra de répondre aux questionnements, et de définir de façon concertée les conditions d’adoption de cette technique.

Le déploiement de la TIS envers un insecte particulier requiert une gestion globale et une vision à long terme. Cela suppose la coopération de différents acteurs (scientifiques, opérateurs, pouvoirs publics, producteurs, riverains…) et s’accompagne souvent de changements sociétaux. La réunion de lancement a révélé l’intérêt marqué pour une réflexion commune et une co-construction de l’ensemble de la chaîne TIS, en s’attachant aux thématiques transversales.

La participation des pouvoirs publics à cette concertation, ainsi que le partage des expériences entre les domaines santé et agriculture, ont permis d’enrichir les nombreux échanges et sont apparus comme points forts de l’initiative du Collectif TIS.

Suite à la réunion, les sollicitations quant à l’étude de potentialité du développement de la TIS sur de nouvelles espèces ont confirmé l’importance du réseau créé à travers le Collectif TIS, et de l’activité de coordination nécessaire pour répondre aux attentes des producteurs, et faire naître des projets innovants.

Contact : collectif.tis@gmail.com

Siteweb : www.collectif-tis.fr (en construction)

Retour sur les Groupes de Travail

GT 1. Méthodologie et évaluation d’essais pilotes

Les objectifs de ce GT sont d'établir des lignes guides transversales permettant de définir les étapes clés et les conditions préliminaires à valider avant la mise en place d'essais pilotes à petite échelle. Il a suscité de nombreuses discussions quant à l'implication des différents acteurs, et souhaits de participation de la part de représentants de filières agricoles.

GT2. Évaluation des impacts socio-écosystémiques

Les discussions ont été introduites par la présentation d'un cas concret : l'étude d'impacts du programme d'éradication de la mouche tsétsé au Sénégal (voir présentation), par Jeremy Bouyer (FAO/IAEA, & chercheur CIRAD). Suite aux échanges, il a été décidé que le GT ne se focalise pas uniquement sur les impacts environnementaux mais aussi sociétaux. Il y a peu d'éléments tangibles sur les études d'impact écologiques actuellement, car difficiles à évaluer et à simuler en laboratoire. Il est important que les aspects écosystémiques soient considérés lors de l'évaluation du suivi d'essais pilotes, cependant les enjeux vont différer selon les espèces concernées (invasives ou endémiques), et l'objectif visé (questionnement sur l'éthique d'une éradication locale versus le maintien d'une densité basse). L'appréciation de l'impact sur la biodiversité est d'ailleurs une condition préalable à l'obtention d'autorisations d'introduction dans l'environnement d'agents de biocontrôle (Code rural et de la pêche maritime). La question des conséquences de l'utilisation de la TIS en France sur les changements de pratiques agricoles a été soulevée, et la participation active des représentants de filières agricoles au Collectif TIS a été mise en avant comme signe indicateur d'une volonté à adapter un ensemble de solution pour répondre aux problématiques techniques et aux attentes des consommateurs.

GT 3. Règlementation et import

L'objectif de ce GT est d'identifier les manques dans la règlementation actuelle française et européenne régissant l'utilisation de la TIS, en concertation avec les institutions concernées, de façon à éviter que l'absence de règlementation claire ne constitue un frein à la mise en place d'essais expérimentaux et à un déploiement à grande échelle. En agriculture, la TIS s'insère dans le cadre règlementaire du biocontrôle, comme l'a exposé le représentant du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, Xavier Langlet (voir présentation). Bien que le statut d'insecte stérile en tant que tel ne soit pas encore défini dans les textes, l'organisme nuisible peut être considéré comme organisme utile aux végétaux de par le traitement de stérilisation reçu. Concernant les projets TIS en Santé Publique, des éclaircissements ont été apportés par Albert Godal, représentant Ministère des Solidarités et de la Santé (voir présentation). Il n'y a actuellement pas de cadre règlementaire, mais les décisions de lâchers (de mâles stériles), en tant qu'outil de lutte anti-vectorielle, reviennent au niveau des territoires (arrêté préfectoraux), selon la loi de 1964 sur la démoustication. Il reste malgré tout plusieurs questionnements à préciser, surtout concernant les projets Santé et l'import d'insectes vivants, qui feront l'objet des activités de ce GT.

GT 4. Étude économique et gouvernance pour le déploiement

L'implication de divers acteurs dans ce GT sera nécessaire pour initier les réflexions sur les modalités de déploiement à grande échelle de la TIS sur des territoires français. La perspective d'une usine multi-espèce en France a été abordée et les modes de gouvernance envisageables feront l'objet des discussions du GT. Plusieurs questions concernant la complexité des études coût/bénéfices dans certains domaines, notamment en Santé, ont également été soulevées.

GT 5. Concertation et Information

Un premier atelier de travail a eu lieu de 02 octobre matin (programme et restitution de l'atelier ici). L'approche de co-construction dans laquelle la société civile (les usagers et leurs représentants) participe au développement de la TIS a été discutée. Plusieurs participants ont souligné l'importance de travailler la clarté des messages en prenant en compte de possibles biais de perception (par exemple TIS et OGM). Il faudra connecter les exemples et actions menées dans les domaines de l'agriculture et de la santé car la perception différente des enjeux respectifs pourrait aider à l'appropriation de la technique et de ses conséquences à la fois par les usagers (producteurs) et par le public (riverains).

Les intervenants

Thierry Baldet

Senior Medical Entomologist/Vector Team Leader

UMR ASTRE,
CIRAD, Montpellier

thierry.baldet@cirad.fr

Yann Bintein

Adjoint programmes Fruits

Direction Recherche, Innovation et Expertise
CTIFL, Paris

bintein@ctifl.fr

Jérémy Bouyer

Chargé du développement TIS

Human Disease Vectors, Insect Pest Control Laboratory
Joint FAO/IAEA Division of Nuclear Techniques in Food and Agriculture (NAFA), Vienne, Autriche

j.bouyer@iaea.org

Simon Fellous

Chargé de recherche

Fruit-Fly Evolution and Community Ecology
INRA, CBGP, Montpellier

simon.fellous@inra.fr

Benjamin Gard

Responsable programme protection intégrée sous abri, Unité 2

CTIFL, Centre opérationnel de Balandran

gard@ctifl.fr

Albert Godal

Ingénieur du génie sanitaire

Chargé de la lutte antivectorielleBureau des risques infectieux émergents et des vigilances (VSS1)
Sous-direction de la veille et de la sécurité sanitaire
Direction générale de la santé, Paris

Albert.GODAL@sante.gouv.fr

Louis-Clément Gouagna

Chercheur, Entomologie médicale

MIVEGEC (IRD 224-CNRS 5290-UM)
IRD, Montpellier

louis-clement.gouagna@ird.fr

Xavier Langlet

Expert National Agriculture Biologique & Biocontrôle

Direction Générale de l’Alimentation,
Sous-Direction de la Qualité et de la Protection des Végétaux
Direction Régionale de L’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forte de la région Bretagne, Service Régional de l’Alimentation, Rennes

xavier.langlet@agriculture.gouv.fr

Clelia Oliva

Animatrice Collectif TIS

Chargé de projets Technique de l’Insecte Stérile
CTIFL, Balandran

oliva@ctifl.fr

Frédéric Simard

Directeur de recherche

Directeur UMR MIVEGEC
IRD, Montpellier

frederic.simard@ird.fr

 

Agnès Verhaeghe

Ingénieur responsable technique

Direction Recherche, Innovation et Expertise, équipe Fruits
CTIFL / SENURA, Chatte

verhaeghe@ctifl.fr

Soutien financier pour l'organisation de cette réunion