logo-long

Un nouveau test rapide pour mesurer la qualité des moustiques

Le CIRAD et l’unité conjointe FAO-IAEA de contrôle des insectes ravageurs viennent de publier une nouvelle méthode d’estimation rapide de la qualité des moustiques basée sur leurs performances de vol dans le cadre du projet ERC REVOLINC (Révolutionner la lutte contre les insectes).

Contexte

Les maladies vectorielles sont responsables de plus d’un million de morts par an. Des méthodes alternatives de lutte contre les moustiques sont urgemment nécessaires, au rang desquelles la lutte génétique figure en bonne place. Dans les méthodes génétiques basées sur le lâcher de mâles stériles, la bonne qualité des insectes est un paramètre critique. Les mâles stériles doivent pouvoir survivre, se disperser et surtout compétir avec les mâles sauvages pour s’accoupler avec les femelles sauvages. Il n’existe actuellement pas de méthode standard rapide pour estimer la qualité des moustiques mâles.

 

 

Un nouveau système pour mesurer la capacité de vol en deux heures

Sachant que la compétitivité sexuelle est corrélée à la capacité de vol, nous avons développé un système qui permet de mesurer la qualité des mâles via leur capacité à s’échapper à travers une série de tubes verticaux en deux heures et avons comparé cette mesure à des méthodes de référence (taux de survie et d’insémination). Cette comparaison a été effectuée pour trois types de traitements, i.e. irradiation, refroidissement et compaction. Pour tous ces traitements, les taux de survie et d’insémination ont pu être prédits par le tube de vol (plus de 80% de l’inertie prédite).

©Gustavo S. Herranz, Université CEU Cardenal Herrera
© Gustavo S. Herranz, Université CEU Cardenal Herrera

Une méthode standard très demandée…

Ce nouvel outil pourrait devenir une méthode standard de contrôle qualité pour évaluer les stress cumulatifs subis par les moustiques lors de la mise en œuvre des différentes techniques de lutte génétique. Il sera intégré aux recommandations techniques FAO-AIEA sur le contrôle qualité des moustiques pour la mise en œuvre de la Technique de l’Insecte Stérile et a déjà été demandé par six états membres de l’AIEA. Il peut aussi être utilisé pour mesurer la qualité des différentes souches de moustiques transgéniques, de nouveaux aliments larvaires ou encore systèmes de lâcher.

Ces résultats s’intègrent dans le travail de thèse de biologie intégrative de Nicole Culbert à l’Université de Liverpool sur le thème «Quality-control, handling, marking and release of sterile male mosquitoes ».

 

Jérémy Bouyer

Entomologiste

Agence internationale de l’énergie atomique : Human Disease Vectors, Insect Pest Control Laboratory
Joint FAO/IAEA Division of Nuclear Techniques in Food and Agriculture (NAFA), Vienne, Autriche

j.bouyer@iaea.org